Nier le caractère énergivore du protocole Bitcoin est vain. Oui, il consomme beaucoup d’électricité. Selon une équipe de chercheurs de l’université d’Hawaï, il en utiliserait autant qu’un pays de la taille de l’Autriche (9 millions d’habitants). Leur étude a été publiée lundi 29 octobre dans la revue scientifique Nature et cherche à calculer la consommation énergétique que la cryptomonnaie pourrait avoir si sa technologie continue de croître. À terme, estiment les chercheurs, elle pourrait contribuer à faire grimper la température du globe de deux degrés Celsius d’ici 2048…